Comprendre le Growth Hacking #5 Un nouveau métier

comprendre-le-growth-hackinh-un-nouveau metier
Partager cet article
comprendre-le-growth-hackinh-un-nouveau metier

Un nouveau métier dans le Webmarketing


La définition d’un nouveau poste

Le développement du Growth Hacking est désormais international. Aujourd’hui en France, on voit des annonces d’emploi qui comportent la terminologie de Growth Hacker.

De ce fait, les entreprises considèrent le Growth Hacking comme une nouvelle discipline dans l’environnement du marketing et du webmarketing.

Parmi les annonces des entreprises, on retrouve des similitudes dans les demandes de compétences des candidats mais aussi dans les missions confiées.

Bien qu’il n’existe pas d’école ou de formation pour devenir Growth Hacking, les entreprises sont à la recherche d’un profil généraliste dans l’environnement de l’analyse de données et le webmarketing.

Sur les postes proposées en ligne, on demande une formation supérieure de type Bac+5. Les filaires sont les écoles d’ingénieurs, les masters en mathématiques et statistiques, les écoles de commerce et les masters dans l’univers du marketing digital.

Ces filaires sont visées, car elles regroupent à minima un aspect de ce que regroupe le Growth Hacking (Analyse de données, informatique et marketing).

Parmi les missions attribuées à ce poste on va retrouver des analyses des performances, du benchmarking, la recherche de nouveaux leviers d’acquisition et de croissance et de l’optimisation, principalement des taux de conversion.

Les compétences requises

Deux types de compétences sont aussi demandées, des compétences extrinsèques et des qualités intrinsèques.

Pour ce qui est des compétences extrinsèques, on va avoir une demande de connaissances en marketing, des connaissances dans les langages SQL, JavaScript et aussi en HTML et CSS et être capable d’analyser et suivre des KPI pour formuler des recommandations.

Pour ce qui est des compétences intrinsèques, on va retrouver ici une forte demande en autonomie, un esprit d’analyse et être créatif.

Des techniques et méthodes pour réussir


comprendre-le-growth-hackinh-un-nouveau metier-toolbox

L’une des principales armes d’un Growth Hacker pour réussir sera l’utilisation de la Data. Le web analytics est donc l’une des principales composantes du Growth Hacking.

Cela va permettre de définir une stratégie en amont mais aussi d’analyser les résultats d’un plan d’action, permettant ainsi de valider ou d’invalider ce qu’il a pu mettre en place.

De la même manière qu’un scientifique, un Growth Hacker ne va pas se baser sur un pressenti mais va appuyer sa stratégie et ses actes sur un ensemble de données, qu’il aura étudiées pour en faire ressortir des tendances.

Pour ce faire, les outils d’analyses ne manquent pas.

On va avoir l’ensemble des outils google comme Google Analytics, la Search Console ou encore Google Adwords qui permettent de connaitre son trafic et donner des pistes de réflexions.

On va également retrouver tous les outils d’analyses interne aux réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Linkedin …), les CRM avec les données propres à l’entreprise et enfin tous les outils externes comme peut l’être semrush.

Enfin, la définition des KPI en fonction des besoins de l’entreprise permettra de suivre et de recommander des actions. A l’heure du Big data et du Smart data l’environnement du web analytics est devenu indispensable pour une stratégie de Growth Hacking.


Au-delà de l’invention de nouveaux hacks. Certaines techniques sont communément utilisées par les Growth Hacker pour générer de la croissance par l’acquisition. Parmi elles nous pouvons en citer quelques-unes comme :

Web Scraping

Web Scraping est un terme qui est utilisé pour désigner le fait de récupérer des données de sites internet dans le but de les réutiliser, pour le plus généralement les retraiter dans un autre contexte que celui de départ.

Les données récupérées par un Growth Hacker sont extraites de manière automatisée pour gagner du temps. Les buts d’une action de scraping peuvent être différents.

On peut par exemple récupérer des informations sur ses concurrents (prix, produits, stocks…) ou encore récupérer des informations sur des possibles prospects.

Des données précieuses pour les analyses qu’effectuent les Growth Hackers pour améliorer leur démarche. Attention toutefois aux contraintes légales que cela engendre, point que nous verrons dans un prochain article.

Pour donner un exemple simple et concret d’une forme de scraping dans le Growth Hacking, on peut prendre l’exemple des requêtes dans les moteurs de recherches.

En effet, au-delà de la recherche de termes et d’expressions, des opérateurs sont disponibles pour les recherches sur Google.

Si nous prenons cette requête «site:fr.linkedin.com/pub OR site:fr.linkedin.com/in